Vert d'Horizon  >  Les essences  >  Le pin insignis

Le pin insignis ou encore le pin de Monterey, est loin d’être insignifiant sur le littoral breton !

Pinus insignis:

Avec le cyprès de Lambert et le pin maritime, ils forment les trois résineux les plus répandus de notre belle région. Originaire de Monterey aux états unis comme son ami le cyprès, une nouvelle preuve de la similitude de nos côtes avec les côtes californiennes !

Amené en Angleterre vers 1830 par le célèbre botaniste David Douglas, (encore lui, une vie courte mais de nombreuses espèces découvertes) il fut ensuite répandu sur les littoraux.

Une cime pyramidale dans ses premiers temps, ayant tendance à s’arrondir avec l’age. Un houppier massif avec de fortes charpentières ou s’étale une très dense végétation. Le tout donnant un couvert épais. Il supporte bien les embruns et s’accommode parfaitement des sols sableux expliquant sa présence ici. Une très grande vigueur permet à insignis d’atteindre les vingt mètres en une quinzaine d’années seulement. Le revers est qu’avec une telle croissance ses cernes très larges constituent un bois assez sensible aux tempêtes.

 

insignis dans le détail:

Ses aiguilles d’environ dix centimètres sont groupées par trois, fines et serrées d’un vert très vif elles persistent entre 3 et 4 ans.

Ses cônes assez gros et souvent asymétriques, sont d’un roux luisant. Ils restent fermés de nombreuses années, jusqu’à vingt ans voir plus, seule une forte chaleur (voir un incendie) permet de libérer au vent les graines ailées.

Une écorce brune rougeâtre, sillonnée par de longues plaques fissurées et très épaisses.

Il atteint très fréquemment les honorables trente mètres de hauteur et  s’élance même parfois fleurter les soixante !

Son tronc, en conséquence, parvient au deux mètres cinquante en son diamètre.

 

Insignis dans sa propriété:

 

Vu son gigantisme et son développement rapide, inutile de vous préciser qu’il doit être bien pensé à la plantation!

 

Le moins:

Il est sensible aux très fort vents, et notre opportuniste de processionnaire l’affectionne beaucoup. Comme tous les pins, l’hylésine peut venir le coloniser, afin d’éviter ces désagréments évitez les tailles sur sa périphérie.

le plus:

Sujet d’une taille respectable en peu d’années, un bon brise vue et une ombre agréable en saison. Son esthétique naturel avec sa charpente massive en font un bel ornement.

 

Taille de l’insignis ?

 

Évitez l’étêtage, vous  le désorganisez totalement et le développement anarchique des branches restantes les rendra plus fragiles en plus du peu d’esthétisme.

Des rehaussements peuvent être pratiqués et supportés pour des branches gênantes.

Produisant beaucoup de bois mort, une taille sanitaire permet de supprimer les chutes de ces derniers et fait ressortir sa beauté.

De même son abondance de feuillage, peu parfois pénaliser la luminosité des autres végétaux et celle de son habitation. La taille d’éclaircie résout ce problème en supprimant une majorité des branches secondaires.

En associant ces deux dernières prestations, vous magnifier votre insignis en sublimant sa majestueuse charpente.

 

Dressez l’oreille les journées chaudes d’été vous pourrez entendre le craquement de ses pommes de pin ouvrant la porte à la postérité

les arboristes grimpeurs

Call Now Button