Vert d'Horizon  >  Comportement de l'arbre  >  Écorce et coup de soleil de l’arbre

Lisse, crevassée, strié, ridée l’écorce de l’arbre est presque comparable à la peau humaine en un peu moins fragile. Quoique !

 

Les écorces!

 

Couche externe protectrice des tissus internes, l’écorce est une véritable peau pour ces végétaux. Elle est très variée dans ses formes et propre à chaque arbre. L’eucalyptus,se détachant en bandes ou lanières, le mimosa et le hêtre très lisse. Les pins, châtaigner, chêne, plutôt crevassés. Le merisier, le peuplier grisard avec leurs petites trouées, etc..

Tous les jeunes sujets, on en général une écorce lisse. Comme notre peau, l’écorce vieillie et change avec le temps, le pin lisse dans sa jeunesse, évolue en se craquelant et se ridant en vieillissant. Mais ils n’ont pas tous la même échelle, certains mettront une centaine d’années avant de se fissurer et d’autres une dizaine seulement. Lorsqu’il atteint son age de maturité, l’arbre peut avoir une très grande épaisseur d’écorce, jusqu’à 80 cm pour le séquoia géant ! Portant bien son nom!

 

Ennemis de l’écorce

 

Les insectes, voulant se frayer un chemin vers leur repas cellulosique, peuvent la transformer en passoire (notamment les larves du capricorne). Les champignons, s’y infiltrant pour attaquer le bois. Les Pics, traversant par de larges trous afin d’y consommer les quelques larves d’insectes derrière. Le gel pouvant craqueler l’écorce mais également le soleil pouvant lui provoquer des brûlures.

Bien évidemment suivant l’essence et son écorce, les arbres ne sont pas tous égaux face aux coups de soleil.

Les plus sensibles sont en toute logique ceux à l’écorce fine. Ceci peut apparaître lors d’une éclaircie de l’environnement autour d’un sujet, une soudaine exposition qu’il n’avait pas au cours de sa croissance.Il peut s’agir aussi d’un arbre nouvellement planté, étant en pépinière à l’abri et soudain plein sud dans la propriété.

 

Que se passe t-il ?

 

Des nécroses vont apparaître sur le côté sud de l’arbre et fissurer l’écorce. L’arbre pour s’en défendre va essayer de former son fameux bourrelet cicatriciel. C’est ce qui permet d’ailleurs de voir qu’il ne s’agit pas d’une maladie ou attaque de ravageur, car la nécrose en général ne s’étend pas. Il s’agit vraiment d’un endroit ciblé ayant subit la brûlure, il en est du coup plus « facile » pour l’arbre d’isoler cette plaie.

Le problème c’est que votre grand végétal est souvent entouré d’une multitude d’agents pathogènes opportunistes, près à lui bondir dessus dès qu’il s’affaibli. Bien souvent il est assez fort pour combattre tout ça, mais parfois cela peut lui être fatal.

Rien ne peut lui servir de notre part en cas d’atteinte, inutile de sortir le tube de Biafine. Par contre en préventif une peinture blanche mélanger avec de l’eau peut être efficace. Ne vous mettez pas à peindre tous vos arbres, ce traitement préventif n’est à utiliser, qu’en cas de doute. Soit sur une récente plantation ou encore si de gros sujets couvrant les plus petits ont été abattus.

 

Bien les arroser en période de sécheresse leur évite beaucoup de tracas, pensez y sur votre serviette en bord de mer..

 

Les arboristes grimpeurs

 

 

 

Call Now Button